R-Dwa : Radio Diois
http://ygrdwa.free.fr/apreslebipsonore.gif


Écologie au Quotidien : XVIIes Rencontres de Die


L'association Écologie au Quotidien propose les XVIIes Rencontres de Die du 25 janvier au 3 février 2019 à Die.
Avec Claude Veyret et Jean-Louis Virat nous retraçons un peu l'historique de ce festival, détaillons ses objectifs et faisons le tour de sa programmation sur le thème "S'engager ensemble..."
Conférence, tables rondes, ateliers, films, concerts, autant d'occasion d'entamer ou d'approfondir sa réflexion sur l'écologie et sur l'humain.

Internet : https://www.ecologieauquotidien.fr/

Date : 18.01.19
Lieu : Studio RDWA
Durée : 42'57''
Réalisation : Saru
                                                                        -



1.Posté par Alin Onim le 25/01/2019 23:02

Minute 28 : On en est encore à baratiner les collégien-nes avec la culpabilisation et leur bilan carbone. Mentir à la jeunesse et la désorienter avec autant d’aplomb, c'est la voie la plus sure vers ce populisme ou éco-fascisme que prétend craindre l'intervenant Jean-Louis Virat... Ne doutons pas de sa sincérité et gageons qu'il ira en personne présenter d'autres pistes : les pistes critiques propres à vraiment changer les choses, et s'il manque d'inspiration, en voici une :

http://partage-le.com/2015/03/oubliez-les-douches-courtes-derrick-jensen/

(si des prof ou des élèves tombent sur ce commentaire, n’hésitez pas à faire tourner car ce serait risqué de ne compter que sur une personne, et les proviseurs semblent ignorants ou dangereusement naïfs (ou complices des puissants?))

extraits :
" L’acte politique d’une vie simple consiste seulement à réduire les dégâts, alors que les humains peuvent aider la Terre aussi bien qu’ils peuvent la détruire. Nous pouvons rétablir les cours d’eau, nous pouvons nous débarrasser des nuisibles envahissants, nous pouvons abattre les barrages, nous pouvons démanteler ce système politique qui privilégie les riches, ce système économique extractiviste, nous pouvons détruire l’économie industrielle qui détruit, elle, le véritable monde physique. "

ou encore " Nous entendons si souvent que le monde va bientôt manquer d’eau. Des gens meurent par manque d’eau. Des rivières s’assèchent par manque d’eau. Pour cette raison, nous devons prendre des douches plus courtes. Vous voyez le rapport ? Parce que je prends des douches, je suis responsable de l’épuisement des aquifères ? Eh bien non. Plus de 90% de l’eau utilisée par les humains l’est par l’agriculture et l’industrie. Les 10% restant sont partagés entre les municipalités et les êtres humains qui vivent et respirent. [...] Les gens (qu’ils soient des gens humains ou des gens poissons) ne sont pas en train de mourir parce que l’eau s’épuise. Ils sont en train de mourir parce que l’eau est volée. "

Ou encore : " La troisième option, agir délibérément pour stopper l’économie industrielle, est très effrayante pour un certain nombre de raisons, notamment, mais pas seulement, parce que nous perdrions ces luxes (comme l’électricité) auxquels nous sommes habitués, ou parce que ceux qui sont au pouvoir pourraient essayer de nous tuer si nous entravions sérieusement leur capacité d’exploiter le monde — rien de tout ça ne change le fait que cela vaut toujours mieux qu’une planète morte. "

Voilà pour cette précision d'un petit colibri des insurrections des consciences contre le conformisme mortel,
alin de Rdwa

Nouveau commentaire :
Twitter