R-Dwa : Radio Diois
http://ygrdwa.free.fr/apreslebipsonore.gif


On n'est pas bien là, décontractés : M’en allant en vacances dans les confins du Diois, dans le Vaucluse


On n'est pas bien là, décontractés : M’en allant en vacances dans les confins du Diois, dans le Vaucluse

Editorial d’ONPBD N° 15 :

 

Son titre ?

 

M’en allant en vacances
dans les « confins » du Diois,
le Vaucluse, quoi,
où je suis né.

 

Bon,

Soir,

Il n’est pas cinq heures du mate,

je n’ai toujours pas de frisson,

je fouille mes poches,

je sais, c’est moche,

èk,

cètéra.

 

Or,

donc,

l n’est pas cinq heures du mate,

il est dix huit heures,

bonsoir.

 

Ah,

aussi :

Les journaux sont imprimés

de la nuit dernière

Les ouvriers

sont toujours déprimés

Les gens se sont levés

il y a un bail,

mais ils sont encore

brimés

Et

ce n'est pas,

z'encore,

l'heure où

je vais me

coucher ,

non,

c’est l’heure


je m’en vas

vous raconter,

s’il vous plaît,

mes vacances

dans les confins du Diois :

dans le Vaucluse,

et,

fugitivement,

le temps de la dégustation

d’une glace

exquise

en Drôme

Provençale,

à l’Epicerie de

La Garde

Adhémar.

 

Alors voilà :

Il sera question,

ce soir,

de ne pas

s’engueuler,

de technologie,

de Mistral à décorner

les bœufs de Camargue,

de mère,

et de sœur.

De glaces,

d’Ardèche,

de crème de châtaignes,

d’éclats de marrons,

de minette,

de non-invitation,

de souvenirs proustiens

de crème anglaise

avec de la crème de marrons,

de pizaïolo,

de recette de pizza,

avec la « french touch »

du Tisonnier,

c’est le nom d’un restaurant,

èk, cétéra.

 

Et puis,

des tatas zé tontons parisiens.
 

Nous zévoquerons

cette sécheresse,

prégnante,

des abeilles,

de dérèglement climatique,

mais qu’on s’en sortira :

on ira,

tous,

au Paradis.

 

Et,

que c’est bon,

une bonne glace.

 

Et puis,

à l’écoute du remplissage

de mon verre d’eau,

de son bruit très évocateur

et intéressant

pour nos imaginaires,

notre chère maman

parlera qu’on aurait songé à interdire

le pastis

en France.

 

Jeu’l crois pas…

 

Et,

aussi,

d’oranges,

sanGInes…

 

D’abricots bergerons,

de clémentines,

corses,

houlala,

tenons-nous

à carreau.

 

Du plaisir d’attraper

le soleil en hiver,

dans un créneau court,

de 11h30 à 14h,

à la louche.

 

De la famille

de la Mamma,

de Romans,

de Villard de Lans,

de Saint Julien,

en Vercors,

de Saint Martin,

aussi,

et,

entr’autres.

 

De barbe de trois jours,

à la Gainsbarre,

du mot glabre,

de l’art de recevoir

de ma chère sœur,

malgré sa "raplaplatitude",

nous précise-t-elle.

 

De la marque de nos glaces exquises,

La Terradélice,

qui serait devenue

leader, mondial, dans son domaine.

 

D’amour,

à propos de

quand y’en a plus,

de bonbons,

bleus.

 

No comment.

 

Et pour finir,

de voyages lointains,

à l’Ile Maurice,

à ne pas confondre avec

le poisson.

De cyclones

zé de tempêtes,

de pêche,

de thé,

de dodos :

des oiseaux de là-bas,

disparus,

à jamais.

 

Bon,

un vrai inventaire

à la Prévert,

comme vous voyez,

ou plutôt,

comme vous ENTENDEZ,

ou LISEZ, ceci,

sur internet.

 

En tout cas,

vous aurez été prévenus :

 

Embarquement immédiat,

 

Attention à la fermeture

 

des portes.



Nouveau commentaire :
Twitter