R-Dwa : Radio Diois
http://ygrdwa.free.fr/apreslebipsonore.gif


On n'est pas bien là, décontractés : Spéciale Post Valentinade


Osez les... sur canapé.
Osez les... sur canapé.
Hum,

pour cette semaine,

l'Edito de cette émission

ne sera pas lisible

ici...

Enfin: plus tard... ;-) :-)

Cordialement vôtre:

Doc Macmurphy. à la Radio et sur FB.

Et Jma, Jim, pour les intimes.
.
.

Post Scriptum:

Ah, si l'extrait du livre de Colette, l'écrivain était déjà saisi, lui...

Un très joli texte, je trouve...

Donc, le voici:

(@)->

.

Point de moustique ici.

 

L’été dernier,

 

je tirais

 

chaque soir,

 

matelas zet draps

 

hors d’une petite maison forestière

 

et je dormais,

 

le mistral dans les cheveux.

 

Deux chouettes

 

fidèles

 

dialoguaient dans les pins,

 

avant minuit,

 

et le brasier

 

des criquets

 

ne se taisait

 

qu’après elles.

 

Dormeurs

 

moites,

 

étouffés

 

entre des murs chauds,

 

enviez-moi.

 

Car les nuits

 

de ce pays éclatant

 

sont froides,

 

et tiennent,

 

à qui s’abandonne

 

sous leurs étoiles,

 

le corps mol

 

et frais,

 

balancé entre

 

le rêve

 

et la bienheureuse

 

insensibilité.

 

Et quel songe

 

heureux

 

valut

 

l’heure d’insomnie

 

qui me donnait

 

en partage,

 

à moi seule,

 

avant le lever

 

du jour,

 

la Méditerrannée

 

endormie,

 

décolorée

 

d’un blanc

 

précurseur

 

d’outremer

 

 

( le ciel

 

qui la baisait

 

et la pressait,

 

vif

 

déjà,

 

et pluzéveillé

 

qu’elle )

 

le ciel,

 

et son sceau

 

d’un rouge

 

triste

 

brisé

 

lentement

 

au bord

 

du monde,

 

et

 

lentement

 

déclos

 

au moment

 


 

je retombais

 

comblée,

 

danzune

 

illusion

 

que ma

 

veille

 

exigeait

 

multicolore,

 

comparable

 

au vent

 

du navire,

 

à l’essor

 

et à

 

l’appareillage.

 

 

Ce texte

peut se lire

sur la page de l’Emission

sur le site de RDWA.fr

et sur la page

FaceBook dédiée

à notre Emission,

 

O.

N.

P.

B.

L.

D.

 

il est extrait,

 

 

du livre :

 

Colette,

autobiographie tirée

des œuvres de Colette

 

par Robert Phelps.

 

Club français du livre.

.

.

 

 



Nouveau commentaire :
Twitter